Accueil» Dur, dur le changement

Dur, dur le changement

Chapeau aux employés et conseillers de la ville d'Ottawa qui tentent bravement de changer les habitudes de collecte de matières résiduelles des résidents. Le taux municipal de réacheminement de 33% est une honte et le temps est venu pour un peu plus de vision et de courage! (Dans certaines écoles avec lesquelles je travaille, le taux est de 65%…) J'applaudis cette proposition de passer à la collecte des déchets aux deux semaines et à la collecte hebdomadaire des matières organiques.

Il faut brasser la cage parfois – même si les gens croient que l'approche et le changement sont trop draconiens. La plupart du temps, en rétrospective, on se dit: "Il n'y avait rien là finalement".

Souvenons-nous qu'il y a quelques années, on fumait encore dans les restos et les bars (on fumait même encore dans les hôpitaux!) et on conduisait sans ceinture de sécurité. Si les lois n'avaient pas provoqué le changement, combien de temps aurait-il fallu à la société pour adopter elle-même les nouvelles habitudes?

Alors, quand il s'agit de convaincre les gens de mieux recycler, de réduire leurs déchets, d'utiliser moins d'énergie, de faire des achats responsables, avoir des directives bien claires et encadrées a du mérite. En effet, l'approche fait avancer les choses quand le temps presse. Et le temps presse… 

Dans quelques années, nos enfants et petits-enfants diront: "Quoi? Ils ramassaient les déchets à chaque semaine?? Non, pas possible"

Laisser une réponse